Traducción literaria / Traduction littéraire

El traductor como autor en la traducción literaria

El debate es recurrente en el mundo de la traducción: ¿debemos reconocer al traductor como autor de pleno derecho?

Un conflicto entre editor y traductor

Es una idea común que los editores desprecian a los traductores, especialmente por motivos financieros. Por un lado, costarían demasiado, aún más que la adquisición de los derechos de la obra. Por otro, también contarían demasiado con los revisores: entrega del primer borrador en lugar de una traducción trabajada, subcontratación que puede llevar a incoherencias, distancia entre el estilo del traductor y el público visado, productividad insatisfactoria… Muchos reproches difícilmente aceptados por los traductores, pero que no son nada nuevos. En su informe La Condition du Traducteur (La condición del traductor, 2011), Pierre Assouline cita por ejemplo al escritor Ossip Mandelstam, quien decía en 1929: “Si queremos un libro extranjero de calidad, necesitamos erradicar esta insistencia sobre la productividad, una insistencia absurda, fuente de chapuza, que es cada vez peor de un año a otro”[1] . Un comentario muy contemporáneo.

El traductor suele ser percibido como proveedor más que como coautor, por lo que, por ejemplo, el editor no tiene ningún escrúpulo en acarrear modificaciones a la traducción entregada sin avisar al traductor. A veces, esto lleva al traductor a dejar de solidarizarse con la obra, negándose a asociar su nombre con un trabajo que ya no es completamente suyo.

Otra consecuencia de esta percepción del traductor es el rechazo de hacer figurar su nombre en la tapa/portada de la obra que tradujo. Se alegan motivos estéticos (aunque son generalmente infundados): espacio tipográfico saturado, ruptura del equilibrio gráfico e incluso inutilidad… Sin embargo, se trataría de una señal mínima de respeto hacia el lector, que no forzosamente sabe cuál es el idioma de partida de la obra y que puede creer estar leyendo el texto original. Ahora bien, se trata de un texto distinto, de una reescritura, y aquí está el problema.

« Traduttore, traditore »

La famosa expresión italiana que asimila el traductor a un traidor recuerda un debate ancestral sobre la fidelidad en traducción. Cualquier adaptación, cualquier reescritura significaría traicionar al autor, porque traducir sería escribir con su propio estilo borrando el del autor. Es verdad que podríamos considerar al traductor como un filtro por el cual pasa el texto original para volverse el texto de llegada, y dejaría por consiguiente un poco de su estilo en el texto de origen, lo que lo transformaría en un texto diferente.

Los autores pueden reprochar o apreciar a su(s) traductor(es). Mientras que algunos sólo ven que su trabajo no ha sido entendido por su traductor (Milan Kundera, por ejemplo, se sintió traicionado por algunos traductores suyos), otros encuentran en la traducción de su obra otro sentido que puede aportar una nueva perspectiva.

Es importante que el público entienda que los traductores están generalmente en contacto con el autor con el que trabajan, y este vínculo estrecho puede llevar a una colaboración a largo plazo. Günter Grass por ejemplo toma esta relación muy seriamente y se encuentra regularmente con los diferentes traductores de su obra, para contestar a sus preguntas sobre lo que escribe, a fin de estar traducido lo mejor posible. Aharon Appelfed aun considera a Valérie Zenatti como más que su traductora: la llama “[su] voz en francés”.

Los traductores también tienen este papel esencial de dar a conocer a los autores extranjeros a los editores. Tienen, tradicionalmente, un papel en la sombra, a través del objetivo mismo de la traducción, que es hacer olvidar que se trata de una traducción. Sin embargo, esta discreción inherente a la profesión no debe mantenerlos al margen, e incluso perjudicarlos. Pierre Assouline, en el mismo informe que hemos mencionado antes, explica que debemos “devolver su visibilidad a los que la doxa durante mucho tiempo ha intentado encubrir en la invisibilidad”[2].

La necesidad de reconocimiento por parte de los editores, los autores y el público

La traducción no es y no puede ser la copia del texto de origen en otro idioma. A causa de las sutilidades de cada idioma a todos los niveles, es imposible decir “texto de origen = texto de llegada”. Por consiguiente, debemos reconocer la traducción de una obra como una re-creación, y así pues una obra original de pleno derecho.

Se debe considerar al traductor también como autor de pleno derecho, coautor de esta obra. ¿Cómo podríamos juzgar que una obra extranjera está bien escrita en español sin referirse a su traductor? No se trata de substituir al autor, sino de hacerle accesible lo más fielmente posible. Así, es importante hacer justicia a la persona que contribuye considerablemente a destacarlo.

No sólo se trata del reconocimiento por parte de los editores y los autores, sino también del público, y en particular de los medios, quienes informan sobre las obras literarias, sea en salones, en conferencias o en las secciones especializadas, tanto en la prensa escrita como en la radio. Al igual que los críticos literarios, los traductores están bien situados para hablar de lo que tradujeron y escribieron.

[1] Cita exacta en francés: « Si nous voulons un livre étranger de qualité, nous devons extirper à la racine cette insistance sur la productivité, une insistance absurde, source de bâclage et qui ne fait qu’empirer d’année en année »

[2] Cita exacta en francés: « rendre leur visibilité à ceux que la doxa a longtemps voulu draper dans l’invisibilité ».

 

Le traducteur comme auteur : le cas de la traduction littéraire

Il s’agit d’un débat assez récurrent en traduction : doit-on reconnaître le traducteur comme un auteur à part entière ?

Un conflit entre éditeur et traducteur

On parle souvent du mépris des éditeurs pour les traducteurs, notamment pour des raisons financières : ils coûteraient trop cher, plus cher même que les droits d’acquisition de l’œuvre. Ils s’appuieraient aussi trop sur les relecteurs : livraison du premier jet en lieu et place d’une traduction travaillée, sous-traitance menant à des incohérences, décalage entre le style des traducteurs et le public visé, productivité insatisfaisante… Autant de reproches difficilement acceptés par les traducteurs… mais qui n’ont rien de nouveau. Pierre Assouline cite par exemple, dans La Condition du traducteur (2011), les propos que l’écrivain Ossip Mandelstam tenait en 1929 : « Si nous voulons un livre étranger de qualité, nous devons extirper à la racine cette insistance sur la productivité, une insistance absurde, source de bâclage et qui ne fait qu’empirer d’année en année »… Une remarque des plus actuelles.

Le traducteur est souvent perçu comme fournisseur, bien plus que comme co-auteur. L’éditeur n’a donc aucun scrupule à apporter des modifications à la traduction livrée sans en avertir le traducteur par exemple. Cela peut parfois conduire le traducteur à se désolidariser de l’ouvrage, en refusant d’associer son nom à un travail qui n’est finalement plus le sien.

Autre conséquence de cette perception du traducteur : le refus de faire figurer son nom sur la couverture/affiche de l’œuvre traduite… Des raisons esthétiques sont invoquées (bien que souvent infondées) : espace typographique insuffisant, rupture de l’équilibre graphique, voire inutilité… Il s‘agirait pourtant d’une marque de respect minimum envers le lecteur, qui ne sait pas forcément quelle est la langue source de l’œuvre qu’il a sous les yeux, et qui croit peut-être lire le texte original. Or, il s’agit bien d’un texte autre, d’une réécriture… et c’est là tout le problème.

« Traduttore, traditore »

Le célèbre adage italien qui assimile le traducteur à un traître reprend le débat ancestral de la fidélité en traduction. Toute adaptation, toute réécriture signifierait trahir l’auteur, car traduire serait écrire avec son propre style en effaçant celui de l’auteur. Il est vrai que l’on pourrait considérer le traducteur comme un filtre par lequel passe le texte source pour devenir le texte cible, et qui laisserait passer par conséquent un peu du style du traducteur dans le texte original… ce qui ferait du texte cible un texte différent.

C’est d’ailleurs ce qui a pu être reproché OU loué par les auteurs eux-mêmes : quand certains n’y ont vu que de l’incompréhension de la part du traducteur qui n’avait pas saisi l’idée de leur œuvre (Milan Kundera par exemple s’était senti trahi par certains de ses traducteurs), d’autres y ont trouvé un nouveau sens, une nouvelle lumière apportée à leur travail.

Il est important de faire comprendre au public que les traducteurs sont souvent en contact avec l’auteur sur lequel ils travaillent, et ce lien étroit peut mener à une collaboration sur le long terme. Günter Grass par exemple prend cette relation très au sérieux et rencontre régulièrement ses différents traducteurs pour répondre à leurs interrogations quant à ses écrits, afin d’être traduit au mieux. Aharon Appelfed voit même en Valérie Zénatti plus que sa traductrice et l’appelle « [sa] voix en français ».

Les traducteurs ont aussi ce rôle essentiel de faire connaître des auteurs étrangers aux éditeurs… Ils ont traditionnellement un rôle de l’ombre, par le but même de la traduction, qui est justement de faire oublier qu’il s’agit de traduction. Mais cette discrétion inhérente au métier de traducteur ne doit pas pour autant les mettre à l’écart voire les desservir : Pierre Assouline, toujours dans son rapport sur la condition du traducteur, explique ainsi qu’il faut « rendre leur visibilité à ceux que la doxa a longtemps voulu draper dans l’invisibilité ».

Un besoin de reconnaissance par les éditeurs, les auteurs et le public lui-même

La traduction n’est pas, ne peut pas être la copie du texte source. Par les subtilités de chaque langue, à tous les niveaux, il est impossible de dire « texte source = texte cible ». Aussi, la traduction d’une œuvre doit être considérée comme une re-création, et donc comme œuvre originale.

Par conséquent, le traducteur doit être considéré comme un auteur à part entière, le co-auteur de cette œuvre. Comment peut-on juger qu’une œuvre étrangère est bien écrite en français sans faire allusion au traducteur ? Il ne s’agit en aucun cas de se substituer à un auteur, mais bien de rendre ce dernier accessible et ce le plus fidèlement possible. Il faut donc rendre justice à celui qui contribue largement à le mettre en lumière.

Il ne s’agit pas seulement d’une reconnaissance par les éditeurs et les auteurs, mais aussi par le public, et en particulier par les médias qui communiquent sur les œuvres littéraires, que ce soit dans des salons et autres conférences ou dans les rubriques spécialisées dans la presse écrite comme à la radio. Au même titre que des critiques littéraires, les traducteurs sont bien placés pour parler de ce qu’ils ont traduit… et écrit.

Alice Vial

Alumna en prácticas en Signe Words